europaticker:
Die Genfer Stadtwerke (SIG) wollen bis 2023 eine neue Abfallbehandlungs- und Verwertungsanlage bauen

..................

Kanton Genf will Abfallaufkommen bis 2023 um 20% senken

Dienstag (02.10.2018) legten die Genfer Industriedienste den Grundstein für "Cheneviers IV" in Anwesenheit von Antonio Hodgers, Präsident des Staatsrates und Staatsrat, der für das Territorium zuständig ist. Die neue Abfallbehandlungs- und Verwertungsanlage, die auf die Bedürfnisse des Kantons Genf zugeschnitten ist, wird bis 2023 entstehen. Moderner und umweltfreundlicher, wird Cheneviers IV mehr Energie mit weniger Abfall produzieren. Die Herausforderung dieses Projekts besteht darin, die derzeitige Anlage abzureißen und die neue Anlage am selben Standort zu installieren, während der Betrieb der Arbeiten aufrechterhalten wird.

Mit dieser neuen Anlage werden die ehrgeizigen Ziele der kantonalen Abfallwirtschaftsstrategie erreicht, die auf eine deutliche Abfallreduzierung abzielt. Von heute 200.000 Tonnen Abfall will der Kanton bis 2023, wenn Cheneviers IV in Betrieb genommen wird, das Abfallaufkommen auf 160.000 Tonnen reduzieren. Genfer die für dieses Problem sensibilisiert sind, demonstrieren es jedes Jahr, indem sie mehr sortieren.

Les Services industriels de Genève posent aujourd’hui la première pierre de « Cheneviers IV », en présence d’Antonio Hodgers, Président du Conseil d’Etat et Conseiller d’Etat chargé du département du territoire. Cette nouvelle usine répondra aux objectifs ambitieux de la stratégie cantonale de gestion des déchets qui visent une réduction importante de ces derniers. De 200 000 tonnes de déchets aujourd’hui, le canton devra trier plus pour s adapter à la capacité de l usine de 160 000 tonnes à l’horizon 2023, lorsque Cheneviers IV sera mise en service. Les Genevoises et les Genevois sensibles à cette problématique le démontrent chaque année en triant davantage. L’enjeu de ce chantier est également de démolir l’usine actuelle et de construire la nouvelle sur le même site, tout en maintenant les activités de traitement et de valorisation des déchets durant les travaux. Un véritable défi technique et d’ingénierie !

Construite en 1993 et exploitée depuis 2001 par SIG, « Cheneviers III », l’usine actuelle est surdimensionnée et ses installations vieillissantes ont atteint leurs limites technologiques. En effet, à sa mise en service il y a 25 ans, les perspectives visaient une augmentation de la production des déchets compte tenu des projections faites pour le développement de Genève, soit une population d’un million d’habitants et un développement économique inhérent à cette importante croissance démographique ! L’usine a donc été conçue pour traiter 400 000 tonnes de déchets par an. Incinérer les déchets était alors une priorité à Genève et Cheneviers III pouvait y répondre.

Cependant, les perspectives démographiques ne se sont pas confirmées et le tri ainsi que le recyclage se sont développés. La production de déchets a diminué au fil des ans à tel point qu’en 2010 le four de Cheneviers II doit être fermé. Quant à Cheneviers III, le constat est sans appel, l’usine est surdimensionnée et ne peut plus subir de nouvelles adaptations technologiques. Cheneviers III est en bout de course. En 2013, à l issue d une concertation entre l’Etat, les communes et les Services industriels de Genève, la décision est prise de construire une nouvelle usine de traitement et de valorisation des déchets pour Genève. Le canton mandate SIG pour réaliser Cheneviers IV.

La production des déchets ne devra pas dépasser 160 000 tonnes par an d’ici 2025. "Genève était cigale, elle devient fourmi. Cette nouvelle usine est la concrétisation d une politique d émancipation vis-à-vis des déchets. Les Genevoises et les Genevois ont montré leur engagement en matière de tri des déchets. Avec Cheneviers IV, le canton et SIG, acteur incontournable de la transition énergétique, s inscrivent dans cette logique. Ensemble, nous relevons le pari d un avenir environnemental durable et de qualité, grâce à une technologie optimale de traitement et de valorisation des déchets" se félicite Antonio Hodgers, Président du Conseil d’Etat et Conseiller d’Etat chargé du département du territoire.

L’enjeu de cet important chantier est de taille ! Il s’agit de construire une nouvelle usine sur le même site que la précédente tout en maintenant l’exploitation durant les travaux. « Je salue ici les prouesses techniques et technologiques ainsi que l’excellente coordination de tous les intervenants qui oeuvrent sur ce chantier pour réaliser ce projet. Cheneviers IV, l’usine de demain produira plus d’énergie qu’auparavant avec moins de déchets. Une usine de dernière génération, respectueuse de l’environnement. Avec ce nouvel ouvrage, chantier du siècle pour SIG, nous poursuivons notre objectif d’assurer le bien-être des Genevoises et des Genevois ainsi que des générations à venir », souligne Christian Brunier, Directeur général de SIG.

Le coût de ce projet est estimé à 280 millions de francs, totalement financé par SIG. Les travaux seront réalisés en trois étapes sur une durée d’environ sept ans. « Le chantier, qui a démarré en janvier 2018 par un premier coup de pioche, est un défi extraordinaire pour SIG et les entreprises qui vont réaliser cette nouvelle usine. Les prouesses technologiques sont ici quotidiennes, le démantèlement ce printemps de la cheminée historique de Cheneviers II d’une hauteur de 108 mètres en est la preuve ». Michel Balestra, Président de SIG ajoute « Cheneviers IV sera une usine plus petite, plus performante et encore plus respectueuse de l’environnement. Elle répondra ainsi aux besoins réels du canton de Genève ».

Cheneviers IV dont la mise en service est prévue à l’horizon 2023 sera une usine de dernière génération. Avec sa capacité de traitement annuelle des déchets de 160 000 tonnes et la volonté des Genevoises et des Genevois à trier davantage, SIG poursuit sa mission de service public afin de préserver et garantir un environnement sain et durable à la population du canton de Genève.

erschienen am: 2018-10-09 im europaticker



Wir verwenden keine Cookies, weil uns das Surfverhalten von mehr als 1 Millionen Besucher monatlich nichts angeht.

Schreiben Sie uns Ihre Meinung zu dem Beitrag:
Ihre Meinung ist uns wichtig!

Impressum (Kurzfassung):
EUROPATICKER mit den Magazinen: Umweltruf, Korruptionsreport und Green IT
Das Magazin mit Hintergrund aus der Entsorgungsbranche
Deutscher Presserat (ID-Nummer 3690)

Herausgeber Hans Stephani
Beratender Betriebswirt - Journalist - Autor
Blumenstr. 11, 39291 Möser
Telefon: 039222 - 4125 Telefax: 039222 - 66664
Der EUROPATICKER Umweltruf erscheint im 18. Jahrgang. Das Ersterscheinungsdatum war der 20. März 2000.

Für die Titel: EUROPATICKER, KORRUPTIONSREPORT und UMWELTRUF nehmen ich Titelschutz nach § 5 Abs. 3 MarkenG. in Anspruch.
Ich unterliege dem Presserecht des Landes Sachsen-Anhalt.
Verantwortlich im Sinne des Presserechtes und nach Telemediengestz (TMG) ist: Diplom-Betriebswirt Hans Stephani.

Anzeigenverwaltung:
EUROPATICKER - Verlag  GmbH, Eingetragen im Handelsregister des Amtsgerichts Stendal unter der Nummer B 2311, Geschäftsführer: Beatrix Stephani, Steuerliche Angaben: Finanzamt Genthin Steuernummer: 103/106/00739, Blumenstr. 11 D-39291 Möser Telefon: 039222 4125, Telefax: telefax@europaticker.de

    Zurück zum Nachrichtenüberblick                                    Diese Meldung ausdrucken